Association CONNAISSANCE & PARTAGE

10 rue des pensées
34170 Castelnau le lez
Italia

T 06 29 16 36 12
E connaissanceetpartage@gmail.com

Moulin Navitau, 3 chemin des Hirondelles
Castelnau-le-Lez, Languedoc-Roussillon, 34170
France

Connaissance & Partage a pour objet d’organiser des journées, des soirées et des stages thématiques avec les méthodes pédagogiques fondées sur les valeurs de l’éducation populaire.
L'association favorise la rencontre avec des professionnels, des spécialistes, des passionnés, sur la base du partage des connaissances.

Les feuilles d'inscription et de don sont à remplir et à renvoyer à l'adresse du siège social de Connaissance & partage

Adhesion

Feuilles d'inscription en téléchargement ICI

devenez membre bienfaiteur

Faites un don pour aider Connaissance & Partage
Feuille de don en téléchargement ICI

Connaissance & Partage

Moulin Navitau, 3 chemin des Hirondelles
Castelnau-le-Lez, Languedoc-Roussillon, 34170
France

Petites chroniques naturalistes

Hybride Tarier des prés

Connaissance & Partage

Hybride issu d'un Tarier des prés (Saxicola rubetra) femelle et d'un Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) mâle capturé le 18 septembre 2013 au Lista Bird Observatory en Norvège.
Photographie : Jonas Langbråten / Jonas Langbråten Fotoblog

Les progrès de la biologie ont permis de comprendre que les limites entre espèces n’étaient pas aussi solides que l’on croyait et que les hybridations naturelles étaient plus fréquentes que prévues. Ces croisements pourraient même jouer un rôle dans la formation de nouvelles espèces en favorisant le brassage génétique. Les hybridations sont rares entre espèces appartenant à des genres différents, mais on en connaît des exemples chez les reptiles, les mammifères et les oiseaux.

Chez ces derniers, l’hybridation a été bien étudiée et observée chez près de 10 % des espèces aviaires. Les cas d'hybrides entre genres sont exceptionnels, en particulier chez les passereaux. Néanmoins, quelques cas ont été observés, par exemple entre les Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) et de cheminée (Hirundo rustica) (hybrides relativement fréquents en Europe du Nord).

Les progrès en biologie moléculaire facilitent l'identification des hybrides et permettent d'identifier les lignées paternelle et maternelle L’espèce à laquelle appartient la mère peut être découverte en séquençant un gène mitochondrial, tandis que celle du père peut l'être en séquençant les introns ou les microsatellites.

Dans un article publié en 2015 dans le Journal of Ornithology, des biologistes ont pu identifier un hybride capturé le 18 septembre 2013 au Lista Bird Observatory en Norvège. Cet oiseau présentait des caractéristiques des plumages des Tariers pâtre (Saxicola rubicola) et des prés (Saxicola rubetra), des Rougequeues à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) et noir (P. ochruros) et de la Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica). L'hybridation avait déjà été signalée au sein des genres SaxicolaLuscinia et Phoenicurus (lire Identification d’un hybride de Rougequeue noir et de Rougequeue à front blanc en Espagne), mais jamais entre eux. Un gène mitochondrial et deux introns nucléaires ont été séquencés pour identifier les espèces parentales de cet oiseau atypique.

Deux plumes de la queue ont été prélevées, les longueurs des ailes et des tarses ont été mesurées et il a été pesé. Des photographies ont été prises avant et après baguage. L'ADN a été extrait grâce au kit QUIAGEN en suivant le protocole d'Applied Biosystems. La lignée maternelle a été déterminée en séquençant des parties du gène mitochondrial codant pour le COI (sous-unité 1 de la Cytochrome oxydase), tandis que la lignée paternelle a été identifiée en séquençant deux régions des introns ALDOB 6 et ALDOB 7.

Deux spécimens des espèces parentales probables (deux femelles et deux mâles de Rougequeues à front blanc et deux mâles et deux femelles de Tariers des près) ont été utilisées comme références génétiques. Le sexe de l’hybride a été déterminé en amplifiant le gène CHD des chromosomes sexuels.

Ces analyses moléculaires ont montré que la mère était un Tarier des près et le père un Rougequeue à front blanc et qu'il s'agissait d'un mâle. Son apparence était toutefois plus proche de celui d'un tarier que d'un rougequeue. C'est le premier cas connu d'hybride entre les genres Phoenicurus et Saxicola. Ceux-ci sont en effet très différents génétiquement et ont divergé il y a plus de 13 millions d'années.

Il serait intéressant de savoir si cet hybride réussira à s'accoupler et à produire des petits fertiles, mais l'oiseau n'a pas été revu depuis 2013. Son plumage n'était pas encore adulte, et il serait aussi passionnant d’observer son plumage mâture.

Cet exemple montre qu’en cas de capture d’un hybride potentiel, des photos et des mesures morphométriques doivent être prises et des échantillons d'ADN (extraits de plumes ou de sang) prélevés.