Association CONNAISSANCE & PARTAGE

10 rue des pensées
34170 Castelnau le lez
Italia

T 06 29 16 36 12
E connaissanceetpartage@gmail.com

Moulin Navitau, 3 chemin des Hirondelles
Castelnau-le-Lez, Languedoc-Roussillon, 34170
France

Connaissance & Partage a pour objet d’organiser des journées, des soirées et des stages thématiques avec les méthodes pédagogiques fondées sur les valeurs de l’éducation populaire.
L'association favorise la rencontre avec des professionnels, des spécialistes, des passionnés, sur la base du partage des connaissances.

Les feuilles d'inscription et de don sont à remplir et à renvoyer à l'adresse du siège social de Connaissance & partage

Adhesion

Feuilles d'inscription en téléchargement ICI

devenez membre bienfaiteur

Faites un don pour aider Connaissance & Partage
Feuille de don en téléchargement ICI

Connaissance & Partage

Moulin Navitau, 3 chemin des Hirondelles
Castelnau-le-Lez, Languedoc-Roussillon, 34170
France

Gypaète barbu

Petites chroniques naturalistes

Gypaète barbu

Connaissance & Partage

Retrouver L’INTÉGRALITÉ de l'article et la vidéo PUBLIé par France 3 Alpes sur: https://france3-regions.francetvinfo.fr

 

C'est un centre unique en France. Situé sur les hauteurs de Sallanches, en Haute-Savoie, le centre d'élevage des gypaètes barbus a été inauguré cet automne après plusieurs mois de reconstruction. Un lieu spécialisé dans la reproduction du plus grand rapace d'Europe.

Menacé d'extinction au début du siècle, le plus grand des vautours est devenu aujourd'hui une espèce emblématique des Alpes grâce à une réintroduction réussie mais qui reste fragile.

Géré par l'association Asters, le centre d'élevage haut-savoyard a pour but de "reconstruire une population de gypaètes vraiment très large autour de la Méditerrannée", selon son responsable, Emmanuel Marlé. "Cela concerne l'arc alpin, le Massif Central et l'Afrique du Nord, où il y a aussi des gypaètes mais qui sont en mauvaise situation", précise Emmanuel Marlé.

Dans la nature, la reproduction des gypaètes barbus est rare : environ tous les trois ans. Elle est aussi soumise à de nombreuses menaces. D'où l'importance d'assurer la descendance de l'espèce. 

A ce jour, 20 petits gypaètes nés en volière ont déjà été relâchés dans la nature. Avec 40 couples dans l'arc alpin, la survie de l'espèce n'est pas encore garantie.